HomeProductsDownloadOrderSupportSearch
  
 
 Myriad Blog 1.3.0 Wednesday, Apr 24th, 2024 at 02:10am 

Friday, Dec 8th, 2023 at 06:13pm
R&D - Piano et son
Même avec les capacités d'aujourd'hui, les 88 notes d'un piano enregistrées in extenso jusqu'à ce que le son s'éteigne, et ceci en plusieurs niveaux de vélocité (puissance) dépasserait les possibilités de beaucoup de machines.
 
Il nous faut donc trouver un moyen de ne pas tout stocker, et calculer soit les notes intermédiaires, soit les vélocités, soit le son de chute de la note (soit les 3) en temps réel.
Et c'est là que ça se complique...
 
Bon week-end !
by Olivier Guillion
Comments

Comment from CRI-CRI Friday, Dec 15th, 2023 at 08:30am
Couches de velicite
Pour preciser les commentaires précédents :
 
le passage de la valeur 87 à la valeur 88 dans la base Gold 2 se traduit par un saut réel de 64 à 88 sans transition
 
Autre remarque : la moindre courtoisie voudrait qu'on soit avisé de la suppression d'un de ses commentaires par le staff ou bien que la modération préalable soit instaurée avant publication
 
Comme qui dirait il y a du laisser râler. 😁😁😁

Comment from CRI-CRI Friday, Dec 8th, 2023 at 08:05pm
Piano virtuel
Un lien que je trouve intéressant ;
 
http://www.breves-de-maths.fr/facteur-de-piano-numerique/

Comment from CRI-CRI Friday, Dec 8th, 2023 at 07:58pm
Analyse simplifiée
En modélisant pour chaque hauteur les réponses théoriques de résonnance à la tierce, à la quinte et à l'octave, et pour trois vélocités types p f et ff et selon une variation continue des paramètres retenus, on devrait pouvoir comparer les valeurs des hauteurs échantillonnées avec cette matrice théorique
 
Avec un peu de bol et quelques approximations, on devrait pouvoir en tirer une matrice acceptable pour servir de base de reconstitution numérique des 88 hauteurs du grand piano
 
Le gros problème du système Gold, c'est qu'il  n'y a que trois valeurs de vélocités, qu'elles sont discontinues, et que ça s'entend aux abords des transitions entre deux couches de vélocité contiguës
 
 Le premier boulot selon moi est de rétablir une fonction continue qui assure une transition plausible lors des variations de hauteurs et/ou d'intensité, c'est donc une fonction mathématique qui doit remplacer un échantillonnage physique, qui - outre le choix subjectif des paramètres discriminants - a le gros défaut de reconduire la discontinuité actuelle de la base de référence
 
Selon le cas, cette approche n'interdirait pas de pousser ultérieurement l'analyse plus avant en restant dans la limite de volume de la table de référence


Most recent first
Oldest first

Top of page
Legal information Cookies Last update:  (c) Myriad